•  

Les Africains de la diaspora ont un regard tantĂŽt positif tantĂŽt nĂ©gatif sur l’Europe et les EuropĂ©ens.

Positivement, ils ont la libertĂ© de s’exprimer (parler, exercer diffĂ©rentes activitĂ©s) et ils apprĂ©cient, par exemple, le fait d’ĂȘtre considĂ©rĂ©s et Ă©coutĂ©s.

D’autres Africains Ă©prouvent de la nostalgie par rapport Ă  leur pays d’origine et une « perte » des cĂŽtĂ©s positifs de leur culture, par exemple, le contact social, la vie, etc. Certaines semblent perdus.

Mais qu’en est-il du regard des EuropĂ©ens sur ces Africains ? Pour mieux comprendre ces regards qui conduisent parfois Ă  des situations d’injustice et d’inĂ©galitĂ©, il est nĂ©cessaire de revenir au passĂ© colonial. Cela permet de faire des liens entre les reprĂ©sentations passĂ©es et prĂ©sentes qui sont basĂ©es sur l’imaginaire, les stĂ©rĂ©otypes et des rumeurs. La propagande coloniale a façonnĂ© les mentalitĂ©s collectives.

le nĂšgre est vu comme un ĂȘtre primitif proche de la nature qui est seulement capable de rĂ©aliser des travaux manuels et physiques. Comme l’indique N. Bolland, « en rĂšgle gĂ©nĂ©rale l’EuropĂ©en dit ne rien avoir contre l’Africain mais lui dĂ©nie malgrĂ© tout toute forme de compĂ©tence ». Selon une Ă©tudes faite par Carrefour Des Talents (CDT); Les Africains de la diaspora constatent Ă©galement « Qu’ils ne sont pas pris au sĂ©rieux, peu importe leurs diplĂŽmes, leur intelligence est constamment remise en question ». Il arrive parfois Ă  un EuropĂ©en  d’avoir du mal Ă  accepter un noir qui exerce une fonction supĂ©rieure, surtout si elle est une femme.

Comme d’autres Africains migrants, les hommes et les femmes d’Afrique subsaharienne rencontrent des difficultĂ©s Ă  plusieurs niveaux.

Une difficultĂ© importante concerne la reconnaissance du rĂŽle et de son action citoyenne. MalgrĂ© l’effort que certaines fournissent, ils ne reçoivent pas toujours de la sociĂ©tĂ© europĂ©enne la reconnaissance qu’ils mĂ©ritent. D’autres difficultĂ©s surgissent au niveau des Ă©tudes. Il faut beaucoup de temps pour obtenir l’équivalence des diplĂŽmes et parfois, il n’est pas possible de l’obtenir. Il convient Ă©galement de prendre en compte l’éventuelle discrimination liĂ©e Ă  la couleur de la peau ainsi que les responsabilitĂ©s multiples que les Africains assument.

Une fois les Ă©tudes terminĂ©es, ils doivent faire face aux rĂ©alitĂ©s du marchĂ© du travail. Ils sont rares Ă  trouver un travail en rapport avec leur qualification. La plupart se rabattent sur des fonctions de sous-qualification ne correspondant ni Ă  leur formation ni Ă  leurs compĂ©tences. Ainsi, en raison de cette non- reconnaissance de leurs diplĂŽmes, de leur savoir-faire et de leur expĂ©rience, certaines vont carrĂ©ment exercer un travail qui n’a rien Ă  voir avec leurs capacitĂ©s. C’est souvent le cas de la plupart de ces hommes et de ces femmes Ă  Matonge Ă  Bruxelles ou ChĂąteau Rouge Ă  Paris et ailleurs dans d’autres villes EuropĂ©ennes. Par exemple, une Africaine infirmiĂšre se retrouve Ă  exercer le mĂ©tier de coiffeuse. On a en assez et marre de cette situation.

Dans cette analyse, «AFRICAIN LION AWARDS», vise Ă  mettre sous les projecteurs et Ă  rĂ©compenser les efforts des talents, le gĂ©nie et la crĂ©ativitĂ© africaines Ă  l’Étranger, de ces hommes et de ces femmes d’esprits guerriers toujours debout et qui se battent pour donner une image positive du continent et qui créent de la valeur ajoutĂ©e.

Force est de constater que, personne ni aucun médias en parle.
Les dirigeants de grands médias sont les personnes parmi les plus puissantes qui soient. la preuve aucun débat sur le sujet, ni aucune émission traitant sérieusement de ce sujet.
Comme le dĂ©clare le concepteur des Africains Lion Awards, le panafricaniste Stanley mayiza K; “Je me sens moi mĂȘme trĂšs atypique, tel est aussi, je pense le cas de beaucoup d’africains et suis ravie que le sujet soit abordĂ©. Le changement viendra de nous mĂȘme, beaucoup d’africains commencent Ă  peine Ă  en prendre conscience. Le chemin est long raison pour laquelle nous avons planifier ce concept sur 10 ans renouvelable, nous espĂ©rons des rĂ©sultats exceptionnels.
NĂ©anmoins, la sociĂ©tĂ© d’oĂč nous excellons tend Ă  vouloir nous minimiser et nous stĂ©rĂ©otyper pour mieux nous cerner.
À cet Ă©gard, nous avons crĂ©Ă© un concept unique Ă  son genre qui englobe toute l’Afrique et qui intĂšgre de modĂšles de rĂ©fĂ©rence Ă  tous niveaux, qui vont ĂȘtre, jauger, analyser, qualifier, rĂ©compenser, hiĂ©rarchiser et archiver.
 
En deuxiĂšme lieu, redonner confiance Ă  une jeunesse africaine Ă  tous niveaux qui fait Ă©normĂ©ment des bonnes choses partout mais qu’on ne reconnait pas.”
 
Cet Ă©vĂ©nement au cƓur de l’Europe, le premier du genre, est pilotĂ© par un comitĂ© composĂ© d’hommes et des femmes talentueux avec le soutien des associations actives en Afrique aussi bien qu’en Europe.
Des Lions Africains qui rĂȘvent d’une sociĂ©tĂ© innovante, excellente et rĂ©ellement inclusive, Afin de combattre plus particuliĂšrement les discriminations et le racisme sous toutes ses formes.
NĂ©anmoins, la sociĂ©tĂ© d’oĂč nous excellons dans de multiples domaines tend Ă  vouloir nous minimiser et nous stĂ©rĂ©otyper pour mieux nous cerner.
Dans cette analyse, Les Africain Lion Awards, une fiertĂ© d’ĂȘtre reconnue par ses pairs et d’ĂȘtre visible et connue dans le monde entier.
 
Ça fait du bien d’ĂȘtre reconnu par ses pairs n’est-ce pas ?
(19) dix neuf catégories à primer!
 
Ces trente catégories ont été choisies par rapport aux différents pÎles dans lesquels excellent les africains.
 
A QUI S’ADRESSE CE CONCEPT?
 
A tous les ressortissants africains vivant en Europe sont invité à participer!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •