•  

Voici donc la question au coeur de cette première rencontre qui aura lieu le samedi 14 avril 2018 au studio DADA, Rue François Bossaerts 101, 1030 Schaerbeek.

À l’issue des travaux de  cette première rencontre «Workshop Artistique ALA 2018 » verra le jour la mise en oeuvre d’un projet artistique.

Un projet qui a pour objectif d’éveiller les consciences.

Chacun aura un commentaire expliqué, une analyse à faire sur la mise en oeuvre de ce projet. Expliquer suggère qu’il faut un sens, sinon le fait même d’expliquer deviendrait inutile ou alors futile.

Pourtant, l’histoire nous apprend aussi que l’art est un monde qui nous invite à réfléchir autrement.

Avant la création de ce chef-oeuvre par les artistes de la diaspora africaine en Europe, le comité d’organisation d’Africain Lion Awards propose un panorama très large de la notion de l’Art,  ainsi que des réponses à des questions ayant trait à l’Art,  mais à l’art africain,  car comme le dira Léopold Sedar Senghor à l’ouverture du Festival des Arts Nègres de Dakar en 1966, « on ne peut nier l’art nègre ».

Mais quel est le but de l’Art, sa raison d’exister et sa finalité ?

Les grands courants artistiques n’ont pas forcément de message. De plus, l’art est une pratique qui peut évoquer quelque chose à quelqu’un,  faire rappeler à son souvenir quelque chose, ’un moment ou une période etc…

Il serait donc réducteur de rattacher l’art à la seule finalité de délivrer un message. C’est là la base de l’art.

Quand on parle d’art, nous sommes obligés d’aborder la question du sens dans une œuvre et donc du message. C’est donc à juste titre que le chercheur de talent camerounais  Simon Njami dira dans le cas de l’art africain: « Quand on cherche l’Afrique dans l’art, on cherche quoi à part des présupposés ? »

Pour tenter de savoir si l’art est un outil destiné à délivrer un message, il faut premièrement savoir que le message transmis par l’Artiste n’est pas la raison d’exister de l’Art, ce dernier étant celui qui façonne l’Art et qui s’exprime à travers.

Lorsque nous analysons une œuvre, le premier réflexe est de constater s’il est beau ou intéressant.

En exemple:

*Le poème de Victor Hugo

Impression : La beauté, l’harmonie des rimes, La sonorité des allitérations et des assonances.

*Le tableau de Léonard de Vinci,

Impression : Contempler peut-être la perfection peinte.

Analysons, en est-il de même des œuvres qui ont pour origine « le message » de leur auteur ?

Bien sûr, on ne peut contredire le processus artistique, « l’art pour l’art » et la conception d’un message de l’artiste sont possibles, et même tout à fait concevables si l’on doit se référer à la qualité du poème de Paul Éluard, Liberté.

Pour autant, s’il est possible d’expliquer, de chercher à comprendre, de penser au message délivré par l’artiste,  on peut conclure qu’une œuvre d’art n’attire l’attention du spectateur que sur le message et non sur la qualité technique.

En fait, il paraît évident qu’un message ne devient qu’une continuité du processus artistique, et il deviendrait facile de constater que l’objectif recherché par les artistes en premier lieu est la réception par son public.

En ce qui concerne le produit, la question est de savoir quelle est la première chose qui attire l’attention des sociétés, tant africaines, occidentales qu’orientales. Or, on a souvent et longtemps pensé de l’art africain primitif qu’il était enfantin, sauvage. Kwame Nkrumah dira d’ailleurs :

« Nous étions encore considérés comme la représentation même de la race humaine à son enfance. On a dit de notre culture hautement sophistiquée qu’elle était simple et paralysée par l’inertie, et nous devions donc être encombrés d’une tutelle ».

Peut-on encore considérer l’art africain et l’expression de ses artistes comme singeant l’art des autres civilisations ? On dirait plutôt que l’art africain et ses artistes ont aujourd’hui réussi à démontrer par leur  force de création, leur originalité et leur maîtrise de la technique qu’elle sait ce qu’est l’art ?

La qualité technique de l’œuvre,  au-delà de la maîtrise apparente de l’artiste des procédés de création, à savoir l’Harmonie, la Perfection, l’Ordre, qui impressionnent est une des composantes principales de ce qui se rapproche le plus du Beau, qui deviendrait donc la raison d’être de l’Art et donc son origine.

Une œuvre et donc l’Art en général, possède une âme à deux vies : l’une, entre les mains de l’Artiste et l’autre entre les mains du public, qui va recevoir l’œuvre et construire une nouvelle réalité de cette œuvre selon son imagination.

l faudrait rappeler que le but du message est de transmettre l’idée d’un individu à un autre individu, de faire entendre des mots, des sons, des concepts, des pensées.

Alors pourquoi l’Art divise-t-il autant le public ?

Il semblerait que la réponse se trouve au cœur même de la question : la raison pour laquelle l’Art peut diviser le public est le public lui-même.

L’art semble alors lié au message que les artistes veulent transmettre, car sans l’art, il est peu aisé de marquer durablement les esprits et de faire passer un message efficacement, tandis que le message peut aider dans une certaine mesure l’art à se développer et à s’affirmer, puisque la première relation entre l’art et l’Homme vient de l’émotion et des idées qui germent.

Enfin, la conception naturelle de l’art en fait un lieu, un monde, où l’expression se doit d’être libre et sans contrainte.

Au-delà de tous les concepts artistiques et d’utilités, on peut éclaircir la dernière finalité, et non des moindres, de l’art, à savoir la Liberté.

Rédaction : INNOVA AFRIKA LION MAG

Corrections d’ordre syntaxique, sémantique et citations d’Africains : Natou Pedro SAKOMBI

Facebook Comments
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire